tricot chèche jaune – 2

Mon trendy chèche jaune

Il pleut, il pleut bergère, rentre tes blancs moutons…

Et oui, je sais, la pluie c’est pas la folie. Elle semble vouloir s’installer plus durablement qu’on ne la souhaiterait, elle nous impose des journées indoor, elle annonce imperceptiblement la fin de nos longues journées estivales pour nous signaler, comme ça, l’air de rien, que nous basculons doucement vers une nouvelle saison. Ceci étant, il faut bien l’avouer, on ne peut pas faire ceux qui ne l’avait pas remarqué : depuis quelques jours, les matins sont plus frais, les journées raccourcissent, on commence à ressortir les chaussures fermées et les pulls douillets, on aurait presque par moment des envies de soupe moulinée!
Nos DIY, eux, vont forcément changer. Et si vous vous lanciez cette année dans le tricot? On ne peut pas imaginer moment plus propice pour apprendre à tricoter : le temps de maitriser les bases et de vous atteler à un projet qui vous plait et justement ce sera le moment de le porter!

Pour ma part, j’ai ressorti mes aiguilles pour tricoter ce chèche ultra-facile et so trendy. Comme à peu près toute la collection de cet automne/hiver, aussi bien en matière de mode qu’en déco, il est jaune. Il aurait pu être bleu canard, bordeaux ou camel, les grandes tendances qui l’accompagnent cette saison. Non, il est jaune. Un jaune pétant, brillant, qui s’assume, un parti-pris tricot, quoi! ;o) Il se monte facilement (que des mailles endroit et des augmentations sur une laine un peu épaisse), il est moelleux, aérien, lumineux, il accompagne toutes sortes de tenue et c’est le compagnon indispensable des petits matins frileux.
Bref, je suis in love de mon chèche jaune!

Pour le réaliser, vous aurez besoin:

  • d’une pelote de laine Partner 6 coloris « orge » de chez Phildar
  • d’une pelote de laine Phil Light coloris « miel » de chez Phildar
  • d’une pelote de laine Myriade coloris « champagne » de chez Phildar
  • d’une paire d’aiguilles à tricoter 6 ou 7
  • d’une aiguille à laine

Commencer par monter 3 mailles avec les 3 fils mélangés.
A chaque rang, faites une augmentation en début et en fin de rang
Tricoter au point mousse (maille endroit) jusqu’à la longueur souhaitée (ici, 30cm environ)
Arrêter les mailles

Rentrer les fils avec l’aiguille à laine
Faire 2 pompons pour finir (ou pas, c’est selon les goûts!)

Les notions que vous devez maitriser pour vous lancer dans ce projet tricot, ultra simple, ce sont : le montage des mailles, les mailles endroit (ou point mousse), les augmentations, arrêter les mailles et savoir rentrer des fils. Je vous vois déjà souffler en vous disant « elle est bien sympa, Marmiadoise, mais bon, le tricot et moi, ça fait 2, c’est mémérisant, et je vais jamais savoir faire ».

Alors, pas de panique, Marie-Monique! D’abord le tricot c’est tendance, finis les pulls en acryliques qui grattent et aux couleurs improbables de notre enfance (on a toutes le souvenir d’un pull offert par Tante Lulu ou Mamie Bidule et qui était….unique dans son style!), maintenant on tricote des modèles très sympas, avec une offre de fils toujours plus diversifiés, plus doux, plus pratiques (et qui passent en machine), plus colorés et plus accessibles niveau prix. Et surtout, sur internet, on trouve pléthore de blogs, de sites spécialisés et de tutos vidéos qui expliquent, de façon très didactique, comment se lancer en tricot.

Sincèrement, je dois mes débuts à mon amie Laurence de Maille Podcast que j’avais un peu chahuté lorsqu’elle avait sorti ses aiguilles la 1ère fois, il y a quelques années, devant moi. En réalité, j’étais quand même un peu épatée de ce qu’elle réalisait et c’est elle qui, lentement mais sûrement, m’a donné le virus, notamment à l’occasion de vacances….sous la pluie (voire la neige…)!

Depuis, je tricote bien moins et surtout beaucoup moins bien qu’elle, mais j’ai plaisir à tricoter des pièces faciles, rapides, sympas, que je porte ou qui sont portées par mes enfants. Ces pièces sont uniques, j’en choisis les couleurs et les patrons, et elles sont faites main. Quel plaisir de voir monter un ouvrage et le voir porté une fois terminé plutôt que d’acheter une énième fois la même écharpe et le même bonnet que les copines. Et que dire des matières disponibles, à chaque projet sa laine! Il n’y a d’ailleurs pas une mais des laines. Fines, épaisses, soyeuses, douces ou plus rêches, unie, colorée, brillante, pailletée, fantaisie, en mouton, en alpaga, en mohair, en chameau, en lapin, avec de la soie ou non, le choix est immense et le plaisir de tricoter renouvelé à chaque projet.

Bref, lancez-vous, vous prendrez vite le virus! A vous ensuite les soirées à chercher de nouveaux patrons sur Ravelry, une communauté tricot internationale très active (et oui, le tricot, ça dépasse largement le cadre de nos petites grand-mères, on trouve plein de tricoteuses aux quatre coins du monde), à tester de nouveaux fils, à suivre de super blogs de filles qui tricotent des merveilles, et même pourquoi pas à organiser des vacances sur le thème tricot-trek en Islande! ;o)

L’univers du tricot est passionnant et ce projet-ci est une jolie porte d’entrée pour y pénétrer.
A vos aiguilles, maintenant, et bon tricot!

Petite remarque :

Ce modèle se réalise évidemment avec toutes sortes d’autres laines que celles qui sont présentées. Vous pouvez choisir n’importe quelle laine en 6, 7 ou plus. Sur une des photos, vous pouvez d’ailleurs voir que j’en ai réalisé un autre en laine multicolore, il s’agit de la Noro Silk Garden (coloris Rainbow). J’en ai aussi réalisé avec d’autres fils.
Le principal c’est que vous choisissiez une laine assez épaisse pour donner ce côté « gonflant ». C’est aussi pour ça que j’y ai ajouté un fil type « mohair » (même si celui-ci est en synthétique).
A savoir, en tricot, on peut tricoter avec une aiguille légèrement plus grosse que le fil choisi lorsqu’on souhaite donner un côté très souple à son tricot. Inversement, si on veut des mailles bien denses, il ne faut pas hésiter à tricoter avec des aiguilles plus fines. Mais dans tous les cas, il faut suivre les explications des patrons pour éviter les impairs ;o)



Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre
  1. Véronique
    Je suis bien certaine que « dans tous les cas il faut suivre les explications des patrons pour éviter les impairs »…….et je sais aussi que c’est la règle numéro 1 à laquelle tu ne déroges jamais!
    Et c’est pourquoi j’ai moi aussi un super chèche tout doux tout moelleux et que j’attends les matins frileux avec impatience.
  2. Marmiadoise
    Absolument jamais! ce serait fou de ma part de ne pas suivre les patrons, ça mènerait à je ne sais quel résultat! Mais en même temps, il faut parfois avoir confiance en son esprit créatif et laisser s’exprimer son audace ;o)) Et vive les matins frileux d’automne et les petits chèches tout doux autour du cou!

Laisser un commentaire